Crédit : Anne-Clotilde

Les silences des pères, une fiction familiale bouleversante

Un roman familial touchant

Le roman est composé de six sections différentes, composées chacune de 5 à 10 chapitres. Chaque section correspond à un lieu différent et donc une étape de la vie passée de son père. Ce qui est intéressant c’est qu’Amine accompagne ce voyage de la mémoire avec ses propres pas. Il se rend sur les lieux, recueille des témoignages de « fantômes du passé » et petit à petit interprète et comprend les silences de son père. Il éprouvait du ressentiment et de la rancœur envers celui qui l’a élevé à cause de ce manque de communication mais ce voyage va lui permettre de trouver la paix. On constate une réelle évolution du personnage. Amine se rend compte que derrière ce visage stoïque se cachait de la pudeur, de la vulnérabilité et de la sensibilité. Il se rend compte des sacrifices que son père a dû faire pour sa famille, de la voix qu’il a élevée pour faire entendre les droits des travailleurs en France. Il découvre la désillusion de son premier amour, refusé par ses parents parce qu’elle était française, la douleur qu’il a ressenti face à la mort de son jeune fils (frère d’Amine) et la fierté qu’il a éprouvée envers la carrière musicale d’Amine. Rachid Benzine met en scène la complexité qui peut s’opérer au sein d’une relation père-fils.

Les secrets derrière le silence d’un père

C’est intéressant puisque ce n’est pas un « couple » qui a été beaucoup traité en littérature. Les sentiments masculins sont plus tus et le dialogue entre ces deux types de personnages, un père et un fils, est souvent conflictuel. En effet, les tropes littéraires font de la mère une figure douce, fusionnelle tandis que la figure paternelle représente la figure d’autorité, d’opposition et incarne même parfois la peur ou l’absence. Ici, on ressent au début cette incarnation paternelle mais le récit évolue afin de présenter un père à l’image finalement altruiste, douce et sensible. Ce père est capable d’amour envers ses enfants, tout comme la mère. Il ne sait simplement pas comment l’exprimer. En tant que lecteur, on ressent de l’empathie pour ce père qu’on apprend à connaître au fur et à mesure des pages. On éprouve du respect envers les combats qu’il mène pour les droits des travailleurs ou pour les droits des femmes et on reconnaît la difficulté de trouver sa place dans un pays nouveau, qui apparaît parfois hostile. D’un autre côté, on comprend le point de vue d’Amine qui se sentait incompris et qui s’est révolté. L’essentiel est qu’à la fin du récit, Amine prend conscient de la puissance de l’amour que son père éprouvait envers lui et ça lui redonne de l’espoir, une bouffée d’air frais bienvenue. Il peut enfin se tourner vers l’avenir.

Mon avis personnel

En choisissant ce roman, j’ai voulu sortir de ma zone de confort et je n’ai pas été déçu. J’ai trouvé les choix d’écriture de Rachid Benzine intéressants, comme le fait de proposer un témoignage passé à travers des cassettes ou la place laissée au vide. Le livre se lit rapidement. J’ai seulement eu du mal à m’y retrouver entre tous les « personnages-témoins » qu’Amine rencontre. J’ai trouvé ce récit très touchant. Il est aussi enrichissant du fait de son fond historique et sociétal.

Découvrir la réception critique de Les silences des pères : Les silences des pères de Rachid Benzine – une réception positive