Le Trésorier-payeur n’a pas charmé les prix littéraires malgré sa bonne dose d’érotisme !

Publié le 18 août dernier chez les éditions Gallimard, Le Trésorier-payeur de Yannick Haenel séduit les lecteurs, mais pas les prix littéraires.

Un roman qualifié d’« érotique »

La presse évoque systématiquement la part érotique de ce roman en s’amusant du paradoxe créé entre cet adjectif et le monde de l’économie. C’est pourquoi nous retrouvons dans de nombreux articles de la presse écrite des titres s’amusant de cette association, comme pour le journal La Libre dans lequel nous lisons : « La charité et l’érotisme contre l’argent roi ». Cette ambivalence plait et constitue un critère d’appréciation des journalistes. C’est donc un pari réussi pour Yannick Haenel qui joue tout au long de son roman avec ces notions antagonistes.

Le fond, mais pas la forme

Si la presse apprécie l’histoire, elle n’apprécie cependant pas toujours la forme. Les avis sont mitigés au sujet de l’introduction. En effet, près de soixante pages s’attèlent à expliquer la genèse de ce roman. Si certain la déplore trop longue : « La première partie du roman se révèle, avouons-le, plutôt pénible » (Toute la culture). D’autres au contraire, la juge « parfaitement géniale » (Diacritik). La prose d’Haenel ne fait également pas l’unanimité. On y déplore parfois la redondance des adjectifs employés au sujet des femmes (Le Figaro et L’Obs) même si nous lisons aussi que l’ouvrage est une « fable superbement écrite, sensuelle et mystérieuse » (La Libre). L’imagination et l’idée du livre d’Haenel y sont systématiquement saluées et les critiques journalistiques négatives portent ainsi davantage sur son écriture, ce qui explique peut-être cette absence de récompenses…

Pas de récompense pour Haenel cette année…

Bien que Yannick Haenel ait remporté plusieurs prix littéraires comme le prix Décembre (2007) et le prix Roger-Nimier (2008) pour Cercle ou le prix Médicis (2017) pour Tiens ferme ta couronne pour ne citer qu’eux, Le Trésorier-payeur, ne rencontre lui, aucun prix littéraire. Il est tout de même nommé dans la catégorie Roman du prix des Écrivains du Sud, mais ne le remportera pas, le vainqueur étant Laurent Gaudé, l’auteur de Chien 51. Un succès donc plutôt mitigé pour Le Trésorier-payeur malgré un thème original et des réflexions philosophiques percutantes.

Lire aussi : Le Trésorier-payeur, un roman érotique certes, mais aussi politique !

Le Trésorier-payeur de Yannick Haenel, Gallimard, 2022.